Il fait froid, très froid – un brise-glace a dû dégager le port de Quingdao aujourd’hui !–, mais ça chauffe sur l’eau !

Encore une belle bagarre entre Il Mostro et ce sacré Ericsson 4. A travers un gigantesque champ de mines, ou, plutôt de filets, nous nous livrons à une bataille de vitesse. C’est à celui qui trouvera le meilleur compromis cap/vitesse. Avant la tombée de la nuit, nous fondons sur E4 ; ou coup, les équipiers de Torben Grael décident de se mettre face au vent et de rouler leur gennaker, afin de se libérer d’un probable «frein» pris dans la quille. Ils nous laissent ainsi la voie libre ! Bonheur : à peine 48 heures plus tôt, Ericsson 4 possédait 120 milles d’avance sur nous !
 


Rudes conditions, mais superbe bagarre contre Ericsson 4. Devant l’étrave, Qingdao. Hier, le port chinois était bloqué par la glace. Ça promet une chaude arrivée !
© Rick Deppe/Puma Ocean Racing/VOR

Mais la bataille ne fait que commencer : une heure plus tard, E4 nous rend la monnaie de notre pièce en nous passant au vent. Un changement de voile plus tard, nous les attaquons au vent à notre tour et un écart latéral se crée. Quatre heures plus tard, quand je reviens sur le pont, nos amis sont trois milles derrière…

Je dois avouer que cette course me fait passer par tous les états. Ren que pendant cette étape, j’ai pensé arrêter la course, et la voile aussi. Sport à la c… !

Et puis… Et puis nous avons longé cette île japonaise, et quatre garde-côtes se sont relayés afin de voir de plus près ce drôle d’engin rouge, bravant la tempête et passer près de leur île. Et puis, plus tard dans la journée, quand nous sommes passés au vent de la première île chinoise, au large de Shangaï, avons vu ces bateaux de pêche chinois portant fièrement un ou deux drapeaux rouges étoilés. Et je me suis dit que cette course à la noix nous faisait tout de même vivre des aventures incroyables et que je ne manquerai pas d’histoires à raconter à mes petits enfants…

Qingdao est à 140 milles devant l’étrave d’Il Mostro, 20 milles à gagner sur Telefonica Blue tout en conservant nos quatre petits milles d’avance sur E4. Tout reste à faire avant de faire péter le bouchon et jaillir la mousse pour le Nouvel An chinois !