Qingdao. Finalement, le brouillard s’est levé… Nous avons pu voir plus loin que le bout de notre nez, et distinguer les bouées ! Donc courir la petite régate inshore déjà deux fois repoussée, sans vent ou presque, sans beaucoup d’éclat. Il Mostro ne s’est pas montré redoutable, il avait peut-être déjà la tête tournée vers la prochaine étape et ses 12 000 milles.


Ericsson 4 s’est une fois de plus montré impérial. Mais notre Il Mostro a tout de même engrangé 3 points précieux ! © David Kneale/Volvo Ocean Race.

Qingdao-Rio, un sacré morceau au programme – un tiers du total de la course ! Passage de l’équateur et section de Grand Sud avant le cap Horn, puis 2000 milles d’une remontée toujours éprouvante vers Rio. Un vraie étape de tour du monde ! En arrivant à Rio, nous aurons quasiment bouclé les deux-tiers du parcours – mais plus de la moitié des points resteront à attribuer.

L’étape est importante pour nous : avec ses deux portes (pointe Nord de la Nouvelle-Zélande et cap Horn), elle offre le double de points de la précédente. Elle peut nous permettre de remonter sur les premiers, mais représente aussi le risque de se faire définitivement distancer…

Comme toute course à la voile, l’objectif sera simple : rejoindre la ligne d’arrivée, naviguer sereinement et simplement… Je dois avouer que je suis assez impatient de me lancer dans ce marathon, pressé d’être dans l’action.

Sans aucun doute, beaucoup de choses vont se passer. Il faudra aussi avoir la réussite…