Les nuits sont agitées par ici ! Les winches ne cessent de tourner et la quille d’être actionnée. Les grains produisent des vents de 10 à 30 nœuds en moins de trente secondes. Il faut être sur le coup. Petit à petit, le radar aidant, nous apprécions de mieux en mieux chaque grain et parvenons à anticiper, souvent de quelques secondes seulement. Il faut hisser le génois et rouler le grand génois de tête, reculer les voiles que nous avions sur le pont avant pour dégager le tableau arrière… En bref, l’anticipation est primordiale. Heureusement, la voile est un sport d’expérience, il permet aux vieux comme moi d’avoir une longue carrière !

Ericsson 3 est toujours notre compagnon de route. La nuit dernière, à la faveur d’un grain, les Nordiques sont parvenus à nous chiper la deuxième place. Mais ils doivent serrer les fesses, car nous avons le couteau entre les dents. C’est chouette, le temps passe vite et l’action est excitante, on s’amuse bien !
 


A l’approche des Fidji, quelques options se dessinent. Mais la route est encore longue !
© Volvo Ocean Race