A 360 milles de la «scoring gate». Il s’agit d’une ligne partant d’East Cape, au Nord de la Nouvelle-Zélande,  et filant vers l’Est, sans limite. L’ordre de passage équivaut à un resultat de course Inshore en terme de points – et nous avons bien besoin de ces petits points…

La situation n’est pas mauvaise. Apres plus de deux semaines de course, nous régatons à vue avec les deux Ericsson – et E4 n’est seulement qu’à quelques longueurs derriere nous ! Autant dire que nous sommes ensembles. Nous sommes maintenant habitués à ce genre de proximité et la tension à bord n’est pas particulièrement forte.
 


Ça chauffe à l’approche de la porte intermédiaire, ou «scoring gate», qui file vers l’Est depuis la Nouvelle-Zélande – et va rapporter des points équivalents à ceux des régates «Inshore» courues lors des escales. Tout compte ! © VOR.

Nous naviguons sous un ciel de nuages avec des rotations de vent très importantes. Beaucoup de travail et de concentration, donc. Cette ambiance de match-race ou de Tour de France n’est pas désagréable, l’horloge tourne plus vite.
Il Mostro est toujours en forme.
Il faut encore tenir et tenir encore…