Nous venons de passer le cap Horn – petit moment de folie à bord ! Cassey, avec qui je partage le quart, avait fait le pari avec son yacht-club, en Australie, de rapporter une photo de lui nu sur le pont pour le passage du Horn. Pari tenu !

C’est en tout cas une vraie joie d’entamer la remontée vers le Nord et Rio ! La descente vers le cap a été vivable, mais digne de cette zone.


Ericsson 3 premier au Horn, suivi par Ericsson 4, nous, puis Green Dragon, Telefonica Blue étant relégué assez loin à cause de ses problèmes d’étai… La remontée vers Rio s’annonce chaude – à plus d’un titre ! © Volvo Ocean Race.

Pour la deuxième fois dans cette étape, nous avons arraché la barre. Bob Greenwalsh s’est fait emporter à deux reprises par la puissance des vagues assaillant le pont. Pourtant, nous avons maintenant un pare-vagues en carbone…

Les vagues s’engouffrent sous les voiles amarrées à l’aide de sangles et arrivent à soulever les 300 à 400 kilos comme s’ils ne pesaient rien !
Les deux Ericsson sont devant, à une centaine de milles, car nous avons dû lever le pied pour ne pas prendre le risque de briser la deuxième barre. C’est la vie…

Une deuxième course commence à présent. Il Mostro est toujours en bonne forme et l’équipage certes fatigué, mais valide !

A bientôt depuis des eaux plus chaudes.