Au large des Antilles – très au large. Les alizés sont maintenant impeccables, stables et limpides !

En bref, nous allons assez vite, aux alentours des 20 nœuds depuis trois jours. Beaucoup d’eau sur le pont pour commencer, puis, au fur et à mesure de l’adonnante, la vie sur le pont devient plus clémente. Rien à voir avec l’étape précédente, de toute facon. La bagarre est serrée entre les deux Ericsson et nous, pas plus de trois milles entre la deuxième et quatrième place. Une belle course.

L’histoire des longues oreilles s’est poursuivie lorsque je me suis appercu que nous avions un magazine Playboy à bord. L’animal surgit toutes les deux pages ! Aie, Aie, Aie, que cela nous réserve-t-il ?