Salut tout le monde, c’est Sam !

C’est très désagréable, Artemis est en plein milieu des basses pressions. La vitesse du vent est actuellement de 48,7 nœuds et c’est monté jusqu’à 55 nœuds. Il nous reste encore une ou deux heures à passer dans ces conditions et après nous devrions nous échapper.

3 ris dans la grand voile + trinquette, c’est encore un peu trop de voile, mais c’est le minimum à notre disposition !

La trinquette est actuellement en train partir en lambeaux. Elle est fatiguée et elle est de moins en moins maintenue.

S’il vous plaît, s’il vous plaît, laissez-la tranquille, nous n’avons vraiment pas besoin d’une réparation en plus ! Nous avons centré la quille pour diminuer les efforts sur le bateau. Sidney et moi sommes équipés et prêts à bondir sur le pont s’il le faut mais nous espérons que nous n’aurons pas à le faire.

Il est impossible de rester sur les couchettes, les vagues sont tellement grosses, nous bondissons à chaque fois ! En réalité, je suis plutôt fière de moi de réussir quand même à écrire ce petit mot.

Un petit somme à même le sol (c’est le seul endroit où on ne peut tomber plus bas) a été le seul moment de repos que j’ai pris cette nuit. Même si tu sens régulièrement que tu es suspendue en l’air.
Notre drapeau de la Transat Jacques Vabre essaye aussi de s’échapper et le bruit du claquement sur le bastaque donne l’impression que le drapeau est heureux et tape dans ses mains. Pas sûre de savoir pourquoi il est content !

Vivement l’aube… bien que je ne sois pas sûre de vouloir voir la taille des vagues !
Sam et Sid (qui devrait venir se reposer après moi !)