Yes, yes… Pas tout à fait satisfaits de notre position par rapport à la flotte après cet empannage nocturne, nous sommes restés dans la peau des suiveurs, tandis que nous avions probablement la possibilité de couper le virage et d’essayer de battre les autres sur la course vers le Sud et plus de vent. On verra, Sam est à la barre, nous ne mettons plus le pilote et barrons non stop.

Les nuits sont belles, même si la lune est en berne. Tout à l’heure, en relayant Sam, l’air de Jacques Higelin m’est venu en tête dans cette nuit noire : «Péripherique Ouest, avec la rage en d’dans, cette claque dans le sang…». Même si mon périph’ serait plutot le Nord, c’etait ça le moment : «Cette claque dans le sang». Ces mots décrivent ce que l’on peut parfois ressentir en mer. Un zeste d’adrénaline et la présence de presque rien, l’eau, le vent, le ciel. Le sentiment que le vide et le plein se mélangent. Vide de tout superflu et plein de concentration, tenter de se fondre.

Une claque dans le sang, voilà ma nuit.