Il y en a ras le boubou de ces nuits à nuages, nuages mangeurs de vent !

Tout à l’heure, j’essayais de me rappeler de notre dernière nuit stable : je crois qu’il s’agit de celle où le pilote nous a lâchés au matin, il y a cinq jours de cela. Ras le boubou, aussi, de voir les leaders avancer à fond les ballons vers le but, alors que nous sommes impuissants dans ces zones de calme. Nous avons essaye de les contourner, sans succès.

Heureusement que je navigue avec «Miss Sunshine», sinon, j’aurais une paire de pamplemousses accrochès à la gorge qui me ferait tordre le cou.

Enfin, j’arrête de raler, il y a pire comme situation dans la vie…