4 heures du matin… Paf ! Tiens prends ça dans la face !

Enorme éclat de rire à la table à cartes. Sam a tout de suite compris. Je viens de servir de piste d’atterrissage non contrôlé à un poisson qui ferait bien d’être contrôlé, lui ! A 20 nœuds, en plus de surprendre, ça vous laisse la mâchoire légèrement endolorie. Et puis, les écailles dans la barbe prolongent le choc par une odeur de fennec.

C’était la petite anecdote de la nuit.

Aujourd’hui, pour fêter notre entrée dans la mer des Caraïbes, et puis aussi pour briser ce petit train-train alizéen, nous avons fait sauter le bouchon. Champagne à gogo ! Même tiède, ses bulles font leur effet. La musique aussi adoucit les mœurs, c’est vrai. Je broyais un peu du noir ces derniers temps. Voir encore ceux de devant (c’est-à-dire tous) avec plus de vent à nouveau, ça fout un peu les cacahuètes en ébullition – ça existe, ça ? Sam m’a gentiment prêté sa «machine à musique» et tout est devenu plus cool sur ma planète. L’esprit occupé, mon corps a swingué plutôt que de gamberger comme un benêt.

Voilà, tout va bien à bor d’Artemis.

Sauf que «Miss Sunshine» craint moins le soleil que moi, alors là, rien ne va plus, ou alors elle a définitivement viré française et largué ces gènes britanniques !

Une nouvelle nuit approche déjà, attention aux attaques… de poissons.