Félicitations à Marc, Charles et Safran ! Magnifique course menée tambour battant, alliant risque, trajectoire et vitesse. Bravo, super-boulot !

Victoire d’autant plus éclatante qu’elle est mise en lumière par la pression continue exercée par Groupe Bel, Kito et François se sont tenus prêts à profiter de la moindre faiblesse. Bravo à eux aussi pour avoir rendu cette course aussi palpitante… Mike et Javier, sur Mike Golding Yacht Racing, auront sûrement la médaille du mérite avec cette poursuite sans pilote, une paire qui promet pour la prochaine Barcelona Race !

De notre côté, les milles ne s’écoulent pas comme un long fleuve tranquille. A la tombée de la nuit, tout allait bien jusqu’à ce que notre grand spi se décroche du mât pour terminer en pitoyable chalut derrière le bateau… A force de ragage, le lashing qui tenait sa têtière en tête de mât s’est rompu.

Cette galère supplémentaire met encore notre manque de préparation et de milles sur Artemis en évidence. Ce bateau n’avait finalement que peu de milles au compteur, n’ayant aligné qu’une partie du Vendée Globe dans sa jeune vie.

Notre frustration est réelle car nous espérions mieux faire, mais le résultat est réel aussi – et sans concession. Ce sentiment me donne envie de revenir avec le même bateau pour tirer profit de cette expérience avec le temps et les milles nécessaires.

Pourtant, on essaye de s’accrocher à chaque lueur d’espoir pour grappiller une place. L’absence de vent sur la zone d’arrivée nous prolonge encore le piquant du «peut-être pouvons nous revenir».

Bravo encore au trio de tête et à tous ceux qui rallient le Costa Rica après une course qui restera comme l’une des plus dures Transat Jacques Vabre.